recit: le joueur de violon

Il était une fois un jeune homme qui s’appelait Henry. Il n’avait pas été gâté par la nature. Non pas qu’il fût laid : C’était le jeune homme le plus banal qu’on pût rencontrer, grand, maigre, les cheveux filasse et les yeux couleur d’ un bleu bien triste .

Henry était un jeune homme très solitaire. Il n’avait pas de frère, pas d’ami, pas d’amoureuse. Son seul comapgnon etait son violon .

Il trouvait refuge dans la forêt, où il aimait regarder le ciel à travers les feuilles et écouter les oiseaux chanter. Il aimait se poser au bord de la clarriere et jouer de son violon.

Il aimait apprivoisé les sons, un à un d’abord, puis tous ensemble. Les notes s’envolaient autour de lui en arpèges colorés, et la forêt se taisait pour mieux l’écouter.

Un jour , Henry s’était assis dans l’herbe, au pied d’un grand chêne. Il avait sorti son violon , et il s’était perdu dans la mélodie qu’il inventait au fur et à mesure. C’est alors que surgit une jeune fille qu’il n’avait jamais vue auparavant. Elle avait les cheveux roux et des taches de rousseur sur le nez.

– Tu joues drôlement bien !

Elle se posa dans l’herbe à côté de lui. Henry supris par cette jeune fille a la beate eblouissante ne put réprimer une fausse note, si légère que nul ne l’entendit, sauf, peut-être, les oiseaux.

– Tu t’appelles comment ? Non, ne me réponds pas, n’arrête pas de jouer !

Alors, Henry continua de jouer ; il inventa un air nouveau, un air rien que pour elle. Elle l’écouta longtemps, de plus en plus captivée, et des paillettes d’or s’allumèrent dans ses yeux.

– Je n’ai jamais vu un garçon si beau que toi, sais-tu ? Je ne sais pas pourquoi, je ne me suis jamais sentie comme ça. Voudrais-tu faire quelque chose pour moi ? Ferme les yeux, mais surtout, ne t’arrête pas de jouer !

Henry ferma les yeux et continua de jouer. Il lui semblait percevoir, tout près de lui, la présence de la jeune fille. Il sursauta lorsqu’il sentit soudain une main se poser sur sa cuisse.

Il sursauta, mais il n’arrêta pas de jouer.

L ‘ archet courait sur l’instrument, plus rapide que jamais ; les doigts de la jeune fille cherchaient un autre instrument. Elle s’égara un instant dans son pantalon, et en sortit ce qu’elle cherchait. Henry se sentit durcir comme jamais entre ses doigts agiles. Sa mélodie s’égara en accords étranges, mais il ne lâcha pas son violon . Si la jeune fille, elle, le lâcha un instant, ce fut pour mieux le rejoindre, à califourchon sur son corps, tout contre lui.

Quand elle s’empala sur son sexe, il en laissa tomber son violon dans l’ herbe.

– Cest si bon lui dit -elle  …

Elle avait parlé d’une voix différente, saccadée, exaltée et le rythme endiablé les posséda tous deux.

Henry n ’avait jamais rien connu de pareil.

– Moi, c’est titiana, fit la jeune fille, essoufflée.

– Henry , répliqua-t-il.

Ils ne se quittèrent plus. Toute la journée, Henry joua pour elle ; toute la journée, ils firent l’amour, encore et encore. Au soir, ils étaient épuisés et affamés.

– Repose-toi, mon amour, je vais nous chercher à manger, déclara titianna.

Henry ne s’arrêta pas de jouer pour autant ; il lui semblait ne pouvoir exprimer autrement le bonheur qui baignait son être.

Il n’avait pas pris le temps de se rhabiller et jouait nu dans l’herbe.

Notre héros se remit instantanément à bander. Certes, il avait baisé toute la journée, mais il était jeune et fringant. Il se leva et rejoignit sa belle précédé de sa flûte et de son érection. il plaqua sa belle contre le chêne sous lequel il avait perdu sa virginité, et il la prit, sans façon ni fausse note. Une puissance nouvelle irradia ses membres ; il la cloua de ses ardeurs.

Après ce second ebat torride , ils dégustèrent les provisions . ils s’endormirent ensemble, dans la clairière, au clair de lune.

Auteur : L_univers_de_miss_pulpy

Bonjour /Bonsoir je vous souhaite la bienvenue dans l univers de Miss pulpy un monde de volupté , de sex toy de lingerie d exhibition une bloggeuse qui aime écrire , une libertine qui assume ses pensées sa sexualité Je vous souhaite un agréable un voyage ps pas de rencontre pas de dick pick

2 réflexions sur « recit: le joueur de violon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :