recit : voyage _ en_ train

Ce texte ne fut pas le gagnant de ce concours chez lady Annia ..l essentiel est de participer ……

Il y’a des voyages en trains qui sont inoubliables . Celui ci, Paul s ‘ en souviendra longtemps très longtemps car il vit avec son coup de foudre ferroviaire.

Le train était à quai , Paul monta dans le train quand il croisa le regard de ce beau brun aux yeux verts. La chance sourit à Paul car ce bel inconnu montait dans le même wagon que lui.

Les deux hommes se mirent à chercher leur siège. Paul trouva sa place rapidement et Le siège devant lui était libre. Il revit son inconnu. Il jeta sa valise sur le rack, et puis il s ‘ installa en face de lui .

C’était vraiment un bel homme , Une bombe atomique qui irradiait des hormones masculines de partout.Paul avait du mal à lui donner un âge. Il était grand, brun, les cheveux rasés avec une jolie barbe .Il portait un jean noir avec une chemise assortie, ouverte de trois boutons . Il avait une classe folle,son look viking lui allait parfaitement . Il avait rabattu ses lunettes de soleil sur ses cheveux noirs , cela accentuait son cote sexy à la perfection .

Quand ce bel inconnu s’est assis devant Paul, il l’a regardé brièvement, et là, Paul fondait littéralement sur son siège. Ses yeux verts lui faisaient valdinguer le cœur. Quand le train a démarré, Il a sorti son ordinateur , il se mit à pianoter sur ce clavier .

Paul aurait voulu être ce clavier , sentir ces doigts le caresser. Paul n’était pas d’une nature impressionnable, mais là, il était tétanisé. il réalisait qu’ il n’avais jamais vu un homme dégager autant de choses , et le mettre dans un un tel état au point de lui donner des idées coquines . Paul se demanda quel travail pouvait faire son bel inconnu pour être aussi concentré sur son clavier? Avec son charisme, Paul l’imaginait bien haranguer une foule d’ hommes cravatés. Paul détaillait sa physionomie .

Le premier truc que Paul regarda: ce sont ses mains. Aucune alliance , Paul fut soulagé que son bellâtre était célibataire du moins pas marié mais une autre question le chiffonnait: Aimait-il les hommes? Paul brancha ses écouteurs de son iPod , celui -ci lui crachaient du punk californien dans les tympans. Ses yeux s’attardaient sur ses épaules larges, ses bras musclés de son bellâtre . Il n’était pas menu comme ces hommes qui font penser à des brindilles et qu’on a peur de briser rien qu’ en soufflant dessus. Non, lui, c’était un arbre, solide et majestueux. Un arbre dans le genre de ceux que je voyais défiler par la fenêtre : un peuplier, au tronc bien droit, fermement planté dans le sol, et qui s’épanouissait en branches feuillues sur la moitié de sa longueur. I

l avait un beau torse de ce que pouvait entrevoir Paul . . Paul se mit à s ‘ imaginer que cet inconnu portait comme la lingerie dans son pantalon ; Cela lui donna quelques sueurs. Paul se fit violence pour ne pas imaginer un phallus bien proportionne plaqué sur son caleçon. Cela donnait soif à Paul . Il sortit la bouteille de coca qu’ il avait coincé dans sa poche de jean puis bu un coup . Soudain, Paul sentit une pression contre son pied. Surpris par ce geste et pensant à un mouvement malencontreux Paul ne répondit pas , Le geste se répéta alors Paul se risqua à répondre .

L »inconnu se leva et profita du siège vide pour s ‘ asseoir à côté de Paul.

Le bellâtre se présenta:

-Cédric ,enchanté et vous.

-Paul .

Cédric lui dit: -Je vous vois me regarder depuis tout l’heure , à vrai dire vous ne me laissez pas indifférent.

Paul se sentit mal à l ‘ aise face à cette confidence ,ne savait plus trop où se mettre . Cédric prit la main de Paul , lui mit la main dans son entrejambe.

Il put constater une jolie bosse dans le pantalon de son beau viking.

Cédric dit à Paul:

-En vous regardant , des idées les plus charnelles me traversent l ‘esprit .

Paul rétorqua:

– Quand vous tapiez sur ce clavier , je vous imaginais en train de caresser chaque centimètre de mon corps.

Face ces confidences torrides , Cédric se leva et dit à Paul de le rejoindre dans 5 minutes dans les toilettes du train .

Les deux hommes se retrouvèrent dans les toilettes du train , un lieu étroit qui invita aux rapprochements.Ils s ‘ échangèrent un baiser langoureux , commencèrent à se caresser mutuellement. Ils rouvrirent les yeux pour savourer leur complicité…

Les vaches qui broutaient dans le pré qu’ ils traversaient ne bougeaient pas d’un poil. Les nuages avaient interrompu leur course. Le temps semblait s’être arrêté comme par magie. Paul fut impressionne par ce sourire rayonnant que Cédric lui adressait en le masturbant.

Les premiers attouchements passés, les pulsions masculines reprenaient le dessus. Les caresses de Paul fouettait le désir de Cédric de le posséder. Cédric passait De bel ange a un beau démon. Il baissa le pantalon et empoigna ses fesses pour l’attirer plus près de lui. Une pression sur ses reins le plaqua contre sa braguette. Son érection battait contre le fessier de Paul .

Pendant que Paul se faisait sodomiser , son phallus palpitait à grands coups. Il se caressait en même temps . Paul savourait le calibre et la fermeté en s ’empalant de son mieux sur celui ci , Les frictions allumèrent un incendie en eux . Les vannes du plaisir lâchèrent…le désir était la … Les ongles de son viking enfoncés dans ses fesses, les mouvements de bassin énergiques lui firent voir des étoiles.

Paul sentait les va-et-vient du pénis avec une acuité décuplée. Ses parois internes chauffaient . Son viking ne se contrôlait plus. Tout en le sodomisant, le viking martelait ce postérieur qui lui était offert .

l’ orgasme arrivait par rafales, Paul tressaillait et se contorsionnait sous la déferlante de spasmes, et Cédric aussi, il jouissait… Après cet orgasme intense ,leurs langues s’enlacèrent …

La voix off du train annonçait l’ approche du terminus , il fallait sortir des toilettes . Les deux hommes sortirent l’ un après l ‘ autre de ce coin qui avait reçu leurs ébats si intenses. Chacun avait regagné sa place et rassemblait ses affaires .Le train entrait en gare , nos deux amants descendirent sur le quai. Cédric donna son numéro de téléphone à Paul .Chacun prit son chemin .

Au bout de 10 minutes , Paul envoya un message a Cédric :

-Toi et moi ça ne peut s arrêter sur une baise de train , j’ai encore quelques idées bien coquines qui me viennent a l esprit .Veux tu me rejoindre chez moi ce soir pour qu ‘ on discute ?

Cédric répondit : -Avec grand plaisir, à ce soir …..

Les deux amants du soir sont devenus amants pour toujours .

Auteur : L_univers_de_miss_pulpy

Bonjour /Bonsoir je vous souhaite la bienvenue dans l univers de Miss pulpy un monde de volupté , de sex toy de lingerie d exhibition une bloggeuse qui aime écrire , une libertine qui assume ses pensées sa sexualité Je vous souhaite un agréable un voyage ps pas de rencontre pas de dick pick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :